Aller au contenu principal
Tunisie

Abir Moussi
« Entre la peste et le choléra, une troisième voie existe »

Par FRIDA DAHMANI - Publié en février 2022
Share
Abir Moussi. CHOKRI MAHJOUB/ZUMA WIRE/RÉA
Abir Moussi. CHOKRI MAHJOUB/ZUMA WIRE/RÉA

​​​​​​​L’ex-avocate, patronne du Parti destourien libre, qui se réclame du bourguibisme, s’oppose à la fois aux islamistes et au président Kaïs Saïed. Haute dans les sondages, elle détonne dans un univers politique très masculin.

Perçue comme une passionaria qui n’hésite pas à donner de la voix pour se faire entendre, Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL), ne laisse personne indifférent : ni l’opinion ni les hommes politiques. Aucun d’eux n’a vu venir, en 2015, ce phénomène, tant ils faisaient peu de cas d’une femme, issue de surcroît des rangs de l’ancien régime, comme acteur politique. Autant dire que, pour tous, elle partait perdante. Sept ans plus tard, l’avocate de 46 ans est plus populaire que jamais. Ses détracteurs ont été balayés, d’abord par le scrutin de 2019, puis par la mainmise sur le pouvoir du président de la République, Kaïs Saïed, le 25 juillet 2021, qui a de facto écarté les partis en gelant l’Assemblée. Tous ces bouleversements ont profité à Abir Moussi, qui voue une inimitié farouche aux islamistes, auxquels elle a vigoureusement tenu tête dans l’hémicycle. Au point que le Parlement est devenu une foire d’empoigne permanente, participant à la...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022