Aller au contenu principal
Interview

Arab et Tarzan Nasser
« Cette histoire peut être universelle »

Par Fouzia Marouf - Publié en décembre 2021
Share
Arab et Tarzan Nasser.PHILIPPE QUAISSE/PASCO
Arab et Tarzan Nasser.PHILIPPE QUAISSE/PASCO

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Regards hypnotiques cerclés de khôl, sourires ravageurs, cheveux longs ondulant sur leurs vestes en cuir, Arab et Tarzan Nasser ont des allures de bikers américains sortis d’un road movie ou de héros bibliques jouant dans un péplum digne des Dix commandements. Nés en 1988 dans la bande de Gaza, ces jumeaux ont fait des études de beaux-arts à l’université al-Aqsa. Passionnés de 7e art, ils signent Condom Lead, un court-métrage, en 2013, qui est présenté en compétition officielle au Festival de Cannes. Suit la comédie noire Dégradé, en 2015, qui réunit 13 femmes dans un salon de coiffure avec en toile de fond le Hamas et la mafia locale. Inspiré d’un fait divers, ce huis clos féminin et politique se fait remarquer par la planète cinéma : la talentueuse Hiam Abbass tient le haut de l’affiche et les frères Nasser ravivent le cinéma palestinien au fil d’une écriture libre, rock, un brin déjantée. Dans leur second film, Gaza mon...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022