Aller au contenu principal
Perspectives

Au Maghreb, le parcours du combattant pour un visa

Par FRIDA DAHMANI - Publié en juillet 2022
Share
Des procédés lourds et coûteux, un espace Schengen de plus en plus inaccessible. SHUTTERSTOCK
Des procédés lourds et coûteux, un espace Schengen de plus en plus inaccessible. SHUTTERSTOCK

Quand l'on veut passer par la voie légale, obtenir le précieux sésame n'est pas chose aisée. Les obstacles sont nombreux et en découragent beaucoup… 

Aussitôt élu député de la 9e circonscription des Français de l’étranger, Karim Ben Cheikh, candidat de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) et ancien diplomate, incluait parmi ses priorités, non pas une problématique des résidents français à l’étranger, mais celle des visas, un point noir qui impacte la perception de Paris par l’opinion publique, notamment maghrébine : « La première mesure que je proposerai sera l’annulation de cette décision injuste, qui consiste à punir collectivement une population du Maghreb en réduisant drastiquement les visas. Cela est perçu, et avec raison, par certains comme une insulte aux populations. Il faut changer de méthode sur les visas. » Ce sera trop tard pour la jeune Meriem, fan du groupe Metallica, qui avait économisé pour assister, le 26 juin dernier, au concert donné par ses idoles au festival Hellfest, à Clisson. Alors qu’elle avait produit tous les documents nécessaires au visa, dont un billet VIP, une réservation d’hôtel et un change de devises, sa demande a tout de même été rejetée, invoquant « des doutes raisonnables quant à [sa] volonté de quitter le territoire des États membres avant l’expiration du visa » – le fameux motif 13 que tous les demandeurs craignent. Difficile d’opposer un recours à une décision aussi floue et subjective. Sa déconvenue est grande, mais elle relève non sans ironie que « ceux qui migrent clandestinement en France n’ont jamais demandé de visa ».

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Du nord au sud, c’est l’un des plus grands territoires verts du monde, avec en particulier le bassin du Congo, deuxième forêt humide après l’Amazonie. Une richesse naturelle essentielle pour l’humanité, un potentiel immense pour le continent, menacé chaque jour un peu plus par l’exploitation et les trafics.

Publié en août 2022

Il a été nommé en août 2021 responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), un organisme qui gère les aires protégées. Celles-ci couvrent 13,8 % de la surface de la République démocratique du Congo (RDC), soit un total de 345 000 km2. Entretien franc et direct sur les enjeux, les défi s de la conservation et de la protection de la nature.

Publié en août 2022

Conseiller spécial de l’International Institute for Strategic Studies (IISS, Londres) et de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS, Paris), François Heisbourg analyse pour Afrique Magazine comment se positionnent les opinions publiques mondiales au sujet de la guerre en Ukraine. Le passé colonial européen et la guerre américaine en Irak jouent à plein dans la perception du conflit par les pays du Sud…

Publié en août 2022