Aller au contenu principal

Bassek Ba Kobhio

Fondateur du festival écrans noirs

Par - Publié en avril 2020
Share

En ces temps hors normes, AM prend de vos nouvelles en 4 questions et une photo de votre choix.

Bassek Ba Kobhio, réalisateur et fondateur du festival Écrans noirs

Comment ça se passe pour vous à Yaoundé ?

Je reste chez moi. Nous avons fermé les bureaux d’Écrans noirs depuis le 20 mars. Je sors uniquement marcher pas loin de la maison, autour du stade omnisports, et je me rends compte que le confinement conseillé n’est vraiment pas suivi…

Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui que vous n’aviez pas le temps de faire avant ?

Je visionne encore plus de films ! Notamment ceux qui étaient sélectionnés pour le festival que nous devons repousser cette année. Je lis beaucoup plus aussi. Et aujourd’hui, je suis plus calme, moins stressé qu’au début de cette histoire de Covid.

Un conseil pour les lecteurs ?

Relisez La Peste d’Albert Camus. Le thème tombe pile sur notre actualité. Et je conseille aussi le dernier roman de mon ami Henri Lopez, Il est déjà demain. Et aussi, faites comme moi, profitez de votre jardin et apprenez à planter. C’est devenu mon passe-temps favori.

Un message à faire passer maintenant ?

Arrêtons en Afrique de tout prendre à la légère et de seriner en ce moment que le Covid-19 est une maladie de Blancs, etc. Beaucoup de gens meurent de ce virus, y compris sur notre continent. Il faut donc se protéger et arrêter de manger toute viande de brousse. Pas seulement le pangolin dont la consommation a été interdite.

Pour tout connaître du festival de cinéma Écrans noirs créé en 1997, se rendre sur www.ecransnoirs.org

 

Dans la même rubrique

Comment ça se passe pour vous à Lomé ? Le couvre feu a enfin été levé le 9 juin. Même s’il n’y avait pas de confinement obligatoire en vigueur au Togo, je me suis « auto-confinée » comme la plupart de mes connaissances. J’ai dû stopper la sortie de mon nouvel album, Identité, et tous mes concerts ont été repoussés. J’espère que l’on va enfin voir le bout du tunnel…J’ai appris à me recentrer sur l’essentiel : l’écriture, la musique. C’est tout. Et je me suis mise à nager tous les jours dans ma piscine. Une première. En bonne africaine, l’eau et la natation n’avaient jamais été des options pour moi !

Publié en juin 2020

Comment ça se passe pour vous aux Pays-Bas ? Je m'inscris toujours dans l'action. En mars dernier, je préparais plusieurs défilés à Paris, à Amsterdam et au Nigeria, et je lançais de nouvelles collaborations avec un musée. Mais tout a été annulé. Après un temps de réflexion, j'ai décidé de proposer des projets afin de rapprocher les gens et de continuer à être créatif. J'ai commencé un projet de « distanciation sociale » fait de centaines de visages dessinés sur un tissu, que j’ai envoyé à des participants du monde entier pour qu’ils le brodent chez eux. Une fois fini, ils me l'ont renvoyé et nous l'avons assemblé afin d'en faire une œuvre d'art monumentale. C'est un symbole d'unité, je voulais que les gens soient à l'aise en participant à cette œuvre car pour moi, la créativité a toujours été salvatrice.

Publié en juin 2020

Comment ça se passe pour vous à New York ? Depuis le 8 juin dernier, les commerces, les cafés et les restaurants sont à nouveau ouverts et doivent observer des mesures de distanciation sociale. La contrainte immédiate, c'est la circulation très dense car les gens évitent les transports en commun, on passe d'une ville fantôme aux embouteillages. La mise à l'arrêt a été basée sur le volontariat, je l'ai suivie avec rigueur depuis mon retour de Dakar en mars, où je comptais rester plus longtemps étant en année sabbatique. Les New-Yorkais ont respecté les mesures de confinement avec discipline : on est passé de 800 cas par jour à 250. L'assassinat de Georges Floyd a profondément marqué cette période, deux nuits de couvre-feu ont suivi, les autorités nous ont informés sur nos portables en lançant l'alerte à 23 heures. L'inculpation des quatre policiers a calmé les émeutes et marqué la fin des manifestations. Grâce à la vidéo d'une jeune fille de 17 ans, l'indignation a fait le tour le monde : c'est un message d'espoir, les mouvements de protestation rassemblaient des Noirs et des Blancs, largement majoritaires.

Publié en juin 2020