Aller au contenu principal
Dubaï

Business as usual ?

Par zlimam - Publié en juillet 2017
Share

Courant mai 2017, à quelques jours du début du ramadan, la chaleur écrase rapidement la ville. Un petit 40 °C s’affiche dès les premières heures de la matinée. Dubaï n’en perd pas pour autant son activité fébrile. Les embouteillages sont en passe de devenir légendaires, les hôtels de luxe et restaurants classy font presque le plein et les superjumbo A380 d’Emirates s’apprêtent à décoller ou atterrir en provenance ou à destination des quatre coins du monde.

On regarde avec stupéfaction tout de même cette ville grandir en largeur, en hauteur, et on ne peut s’empêcher de repenser à ces photos en noir et blanc du début des années 1980, où quelques petits immeubles s’élevaient dans le désert, non loin du vieux port et de la vieille ville où s’élève Burj Dubaï. Ici, maintenant, l’ambition, l’optimisme, le volontarisme, le gigantisme restent de rigueur. Dubaï multiplie les projets et les objectifs pour maintenir la machine sous pression.

Il y a évidemment l’exposition universelle 2020 qui mobilise, malgré quelques rares critiques intérieures, toutes les énergies. Trop coûteux disent certains, avec une clientèle potentielle peu adaptée aux prix et au luxe de la ville disent les autres. Il y a la volonté aussi d’accentuer la stratégie...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

L’OCP poursuit sa profonde mutation industrielle. Un second programme de quatre ans (2023-2027) a été présenté le 3 décembre dernier devant le roi Mohammed VI par Mostafa Terrab, le patron du géant marocain des phosphates.

Publié en décembre 2022

Le classement Absa 2022 souligne l’intérêt des investisseurs pour les places du continent, ainsi que leurs stratégies pour surmonter les chocs extérieurs.

Publié en décembre 2022

Le Sénégal fait son entrée en tant qu’observateur au FPEG.

Publié en décembre 2022