Aller au contenu principal
Rencontre

Femi et Made Kuti
« Le sens de notre heritage »

Par Astrid Krivian - Publié en décembre 2021
Share
 Paris, le 18 novembre  dernier.AMANDA ROUGIER
 Paris,  le 18 novembre dernier.AMANDA ROUGIER

Le fils et le petit-fils de Fela sortent un double album, Legacy +. Avec ce dialogue familial, les musiciens nigérians perpétuent la tradition militante de l’afrobeat, inventé par leur illustre aîné. Entretien croisé.

L’esprit de cet album est placé sous l’égide des ancêtres, de la filiation, scellant une tradition musicale et spirituelle. Legacy + réunit le nouvel opus de Femi Kuti, Stop the Hate, et le premier de son fils Made, For(e) ward. Chacun apporte sa pierre à l’édifice de l’afrobeat, legs de Fela Anikulapo Kuti, cocktail musical jubilatoire couplé de textes conscients. Tous deux en proposent une vision qui leur est propre, redessinant ainsi les contours de cette musique unique en son genre. Reprenant le flambeau de son père, fervent défenseur de la justice sociale et du panafricanisme, Femi dénonce inlassablement dans son œuvre la corruption des élites, l’impérialisme, les inégalités qui minent le Nigeria et, plus largement, le monde. Né en 1996, Made a intégré l’orchestre paternel, The Positive Force, dès son plus jeune âge. Multi-instrumentiste (basse, trompette, saxophone, batterie, piano…), il a, comme son grand-père Fela, étudié la composition au Trinity College de Londres. S’il évolue à Lagos avec son propre...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021