Aller au contenu principal
Légende

Joséphine Baker
Une autre histoire française

Par Cédric Gouverneur - Publié en novembre 2021
Share

Le 30 novembre, elle sera la première femme noire à reposer  au Panthéon, nécropole des illustres de la République. Petite-fi lle  d’esclaves afro-américains naturalisée, chanteuse, danseuse,  muse et – ce que l’on sait moins – résistante, elle incarne aussi  toutes les ambiguïtés et les complexités de la France  vis-à-vis des citoyens de la différence.

JOSÉPHINE BAKER Vers 1932.RUE DES ARCHIVES/RDA
JOSÉPHINE BAKER Vers 1932.RUE DES ARCHIVES/RDA

Septembre 1939. Hitler vient d’envahir la Pologne. La Seconde Guerre mondiale débute et va plonger le monde dans un invraisemblable cauchemar. La France ne le sait pas encore, mais ses troupes ne feront pas le poids face à la « guerre éclair » nazie. En attendant, aux premiers jours du conflit, l’armée développe son réseau d’informateurs. Un officier du contre- espionnage, le capitaine Jacques Abtey, se rend au château de Joséphine Baker en Dordogne : des amis communs l’ont informé que la star afro-américaine – naturalisée française depuis son mariage deux années auparavant – souhaite se mettre au service de son pays d’adoption…

L’officier est sceptique : la bonne volonté ne suffit pas pour faire un bon agent. Aussi, il a sans doute un peu de mal à prendre au sérieux cette artiste à la beauté enivrante qu’il a vu...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Spécialiste de la Corne de l’Afrique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Éloi Ficquet est le cosignataire, avec d’autres chercheurs, d’une tribune publiée en novembre 2021 dans Le Monde, qui dénonce le risque de génocide. Il est l’auteur, avec Gérard Prunier, de l’ouvrage Understanding Contemporary Ethiopia. Et ne cache pas son pessimisme…

Publié en décembre 2021

Au terme de deux décennies d’un mariage « grand format » et d’une explosion des échanges, l’heure est au bilan sans trop de concessions.. Et à la redéfinition d’un partenariat plus équilibré.

Publié en décembre 2021

Les cinéastes (et jumeaux) gazaouis mettent l’humain au centre de leur second film : ce conte poétique met en lumière une relation inattendue entre un pêcheur et une couturière qui partagent le même goût de liberté.

Publié en décembre 2021