Aller au contenu principal

L’urgence du made in Africa

Par Cédric Gouverneur - Publié en février 2022
Share
Kentucky Fried Chicken est présent dans 22 pays africains. Ici, à Accra, au Ghana. ASHLEY GILBERTSON/THE NEW YORK TIMES-REDUX-REA
Kentucky Fried Chicken est présent dans 22 pays africains. Ici, à Accra, au Ghana. ASHLEY GILBERTSON/THE NEW YORK TIMES-REDUX-REA

Au Kenya, une pénurie de frites dans les KFC a révélé que la chaîne de fast-food importait ses pommes de terre, pourtant abondantes dans les champs d’Afrique de l’Est ! Tourné vers l’exportation, le continent ne produit pas assez pour lui-même. Situation irrationnelle qui dure depuis des décennies, mais que la crise sanitaire a mise en exergue.

En décembre 2021, une pénurie de frites affecte les fast-foods de la chaîne Kentucky Fried Chicken (KFC) au Kenya. L’entreprise finit par admettre que le manque de pommes de terre est dû aux « perturbations du transport maritime mondial ». Les Kényans comprennent alors avec effarement que les frites servies au KFC ne sont pas achetées à des agriculteurs locaux, mais importées ! Situation d’autant plus incompréhensible que le Kenya produit une soixantaine de variétés de pommes de terre : 2,5 millions de tonnes en 2021, selon le National Potato Council of Kenya. Piqués au vif, les agriculteurs et la société civile ont appelé au boycott de la chaîne de fast-foods. Embarrassée, KFC s’est justifiée en pointant des soucis de « traçabilité » et...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022