Aller au contenu principal
Transport

La bataille du rail

Par Jean-Michel Meyer - Publié en décembre 2021
Share
Un tronçon de voie servant à la livraison de bauxite, à l’ouest de la Guinée. SHUTTERSTOCK
Un tronçon de voie servant à la livraison de bauxite, à l’ouest de la Guinée. SHUTTERSTOCK

Délaissé depuis les indépendances, le chemin de fer revient en grâce pour relever les défis de l’urbanisation et de l’industrialisation. Plus écologique que la voiture ou l’avion, il se montre compétitif pour le transport de passagers et de marchandises sur de grandes distances.

Un train peut en cacher un autre. Cet avertissement à l’approche de voies n’avait guère de sens sur le continent, tant le ferroviaire a été négligé pendant un demisiècle. Mais tout change à grande vitesse. La forte poussée démographique attendue d’ici à 2050, l’urbanisation galopante qu’elle engendre et la volonté de produire davantage de « made in Africa » relancent le rail. Et pas uniquement dans les 32 pays du continent qui possèdent déjà un réseau en exploitation. « Dans de bonnes conditions, le train peut s’avérer plus efficace, plus économique et plus respectueux de l’environnement que les autres modes de transport », résume la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport. Un engouement notable dans un secteur longtemps sacrifié par rapport à la route et l’aérien, pénalisé par trois types différents d’écartement des rails et marginalisé par le...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

La décision d’ouvrir le transport aérien, mais aussi maritime, à la concurrence fait l’effet d’une bombe.

Publié en décembre 2021

Le Système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS) vise à fluidifier les transactions transfrontalières et à alléger les contraintes pesant sur elles.

Publié en décembre 2021

La fintech californienne Wave connaît un succès grandissant sur le continent avec une politique tarifaire qui déstabilise les acteurs en place.

Publié en décembre 2021