Aller au contenu principal
Sénégal

La démocratie Zoom

Par Hussein Ba - Publié en mai 2022
Share
CAPTURE D’ÉCRAN YOUTUBE
CAPTURE D’ÉCRAN YOUTUBE

Lancé le 5 mars dernier à Pikine, le concept « Jokko ak Macky » a pour objectif de faire échanger le chef d’État sénégalais avec la jeunesse du pays via la célèbre plate-forme de visioconférence. Stratégie présidentielle ou réél rétablissement de connexion ?

En homme politique avisé, le président Macky Sall est-il en train de tirer profit du momentum favorable déclenché par le couronnement du Sénégal à la Coupe d’Afrique des nations de football ? En effet, le sacre des Lions de la Téranga crée une nouvelle osmose entre le président et une grande partie de la jeunesse, comme en témoigne le spectacle des foules spontanées agrippées aux grilles du Palais, scandant « Prési ! Prési ! »… Le contraste est saisissant avec les images de mars 2021, quand des groupes de jeunes déterminés déferlaient dans les rues de la capitale pour exiger la remise en liberté de l’opposant Ousmane Sonko, alors en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie nationale. La crise consécutive à l’affaire « Sweet Beauty » – née de l’accusation de viol portée contre le leader du Parti patriote sénégalais pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef) par une masseuse...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022