Aller au contenu principal
Coupe du monde 2022

Le Qatar face au but

Par Zyad Limam - Publié en octobre 2022
Share
Le stade Lusail, qui accueillera la finale du Mondial, à la périphérie de Doha.FRANCK FAUGÈRE/PRESSE SPORTS
Le stade Lusail, qui accueillera la finale du Mondial, à la périphérie de Doha.FRANCK FAUGÈRE/PRESSE SPORTS

Pour le richissime émirat du Golfe, c’est le moment de vérité. La compétition démarre le 20 novembre. Il faudra être à la hauteur d’un événement planétaire. Au moment où les déclarations de boycott se multiplient. Et dans un contexte géopolitique, sécuritaire et sanitaire plus que complexe.

C’est ici, dans quelques semaines, dans cette petite presqu’île accrochée à la péninsule arabique, à la frontière de l’Arabie saoudite, que se jouera la 22e Coupe du monde de football. Une première pour le monde arabe, une première dans le monde musulman. Une Coupe du monde dans un pays de 11 000 km2 , un peu plus « grand » que le Liban ou que la Gambie. Une Coupe du monde qui se jouera du 20 novembre au 18 décembre, avec une finale une semaine avant Noël, et le jour de la fête nationale du Qatar. Le résultat d’une politique délibérée de la FIFA de faire « tourner » la plus prestigieuse des compétitions aux quatre coins du monde, hors de ses territoires de prédilection naturelle, comme l’Europe ou l’Amérique du Sud. On se rappelle ainsi avec...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Le septentrion du pays, qui partage de longues frontières avec le Burkina Faso et le Mali, est exposé aux attaques de groupes terroristes djihadistes. L’État s’investit sur le plan économique, accentue le quadrillage militaire et le contact avec les populations. Reportage au plus près de ces hommes déployés sur un terrain dangereux.

Publié en novembre 2022

Trente ans après la chute de l’apartheid, le pays affronte des crises multiples : croissance faible, énergie rare, criminalité record, corruption, persistance des inégalités sociales héritées de la ségrégation… Le rêve d’une « nation arc-en-ciel » prospère s’éloigne chaque jour un peu plus.

Publié en novembre 2022

Elle est désormais 2e  mondiale, niveau jamais atteint par une joueuse de tennis africaine, arabe, musulmane. Elle est devenue un véritable phénomène de société en Tunisie. Et aussi un exemple pour de nombreuses jeunes filles aux quatre coins de la planète. Reste à gravir une nouvelle marche. Enfin cette victoire dans un tournoi du Grand Chelem.

Publié en octobre 2022