Aller au contenu principal
Tech

Le retour des géants de l’Internet

Par Jean-Michel Meyer - Publié en novembre 2021
Share

La croissance économique revenue, les GAFAM américains renouent avec une stratégie offensive en Afrique. Google ouvre le bal avec un investissement de 1 milliard de dollars sur cinq ans.

Sundar Pichai.ALBERT FACELLY/DIVERGENCE
Sundar Pichai, le patron d’Alphabet .ALBERT FACELLY/DIVERGENCE

Pluie de dollars. Sundar Pichai, le président-directeur général d’Alphabet et de sa filiale Google, a relancé la course des Big Tech américaines, dans la conquête du continent. « Nous prévoyons d’investir 1 milliard de dollars en Afrique sur cinq ans. Cette somme couvrira une série d’initiatives, allant de l’amélioration de la connectivité à l’investissement dans les start-up », a-t-il indiqué, le 6 octobre 2021, lors d’une visioconférence enregistrée. « Trois cents millions d’Africains se connecteront à Internet dans les cinq ans », a-t-il dit en ayant à l’esprit les prévisions d’un rapport de 2020, réalisé par Google et la Société financière internationale. Ce document estime que d’ici à 2025, les activités générées par Internet pourraient contribuer à hauteur de 180 milliards de dollars à l’économie africaine (5,2 % du produit intérieur brut [PIB] continental) et s’envoler à 712 milliards de dollars (8,5 %) d’ici à 2050. Afin d’atteindre ces résultats, il faudra « des investissements importants dans les infrastructures », précise cet écrit. Message...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022