Aller au contenu principal
DVD

Le temps de l'espoir

Par Jean Marie Chazeau - Publié en mai 2022
Share
Alicia Da Luz Gomes et Stéphane Bak incarnent de jeunes Bamakois de 1962.MATTEO SEVERI/AGAT FILMS
Alicia Da Luz Gomes et Stéphane Bak incarnent de jeunes Bamakois de 1962.MATTEO SEVERI/AGAT FILMS

Dans un Mali tout juste décolonisé, l’histoire d’une jeunesse qui croyait aux vertus du socialisme… et du twist..

« Quand un réalisateur comme lui vient faire ce film, tu comprends que c’est un film que les Africains eux-mêmes auraient dû faire… » constate, admiratif, le Sénégalais Demba Dièye, assistant réalisateur de Robert Guédiguian dans le bonus du DVD de Twist à Bamako (sorti en salles début janvier). Le cinéaste français à l’accent marseillais et homme de gauche revendiqué y explique qu’il « reste foncièrement universaliste » et peut donc s’identifier au héros de son film, un jeune Malien des années 1960.

DR
DR

Samba, fils d’un riche commerçant de la capitale, est un militant convaincu du régime socialiste qui s’installe au départ des Français. Son idéal révolutionnaire est contrarié par les intérêts économiques de sa famille, le pouvoir des chefs de village très conservateurs, mais aussi par l’attirance pour les musiques occidentales : Claude François et Les Chats sauvages font danser la jeunesse du Bamako de 1962, habillée à la mode de Paris et de Londres, et immortalisée par les photographies de Malick Sidibé. Une joie de vivre fidèlement recréée… au Sénégal, car il était impossible pour une production française de tourner au Mali pour des raisons de sécurité.Mais les trois villes choisies (Thiès, Podor et Saint-Louis) pour figurer la capitale de l’époque font illusion grâce au travail conjoint des équipes françaises et sénégalaises (le film est coproduit par Karoninka, d’Angèle Diabang). Le long-métrage est parfois démonstratif, l’histoire d’amour qui se greffe aux débats politiques un peu artificielle et l’allusion finale aux migrants d’aujourd’hui un peu déroutante, mais il montre avec talent et humanisme tous les espoirs d’une génération à l’heure des indépendances africaines.

Dans la même rubrique

Pour la chanteuse Algérienne, la musique est un art d’émancipation et de liberté. Avec son groupe 100 % féminin Lemma, elle fait vibrer les chants ancestraux de la région désertique de la Saoura et célèbre un patrimoine menacé.

Publié en octobre 2022

Tosin Oshinowo a recontruit un village nigérian détruit par Boko Haram : un projet imaginé avec la communauté, qui veut retourner y vivre.

Publié en octobre 2022

Après le succès de leur premier disque, le groupe béninois confirme son énergique engagement dans ce nouvel opus.

Publié en octobre 2022