Aller au contenu principal

Marcellin Zinsou
« Construire dans la pérennité »

Président du comité de gestion du FGPME

Par Cédric Gouverneur - Publié en février 2022
Share

La difficulté des petites et moyennes entreprises à obtenir des prêts bancaires pèse sur l’essor du continent. Le président du comité de gestion du Fonds de garantie des crédits aux PME (FGPME) nous explique le fonctionnement de cet organisme ivoirien. Objectif : soutenir les entrepreneurs dans leur développement.

​​​​​​​AM : Pourquoi les banques ivoiriennes sont-elles réticentes à prêter aux PME ?

Marcellin Zinsou. DR
Marcellin Zinsou. DR

Marcellin Zinsou : La culture bancaire, en Côte d’Ivoire, favorise les grandes entreprises, qui rapportent davantage de commissions. De plus, un mécanisme de refinancement de la BCEAO s’adressant exclusivement aux prêts accordés à ce type d’entreprises a renforcé l’appétit des banques. Celles-ci ont donc organisé leur propre segmentation interne, et privilégient les sociétés de taille intermédiaire, qui réalisent un chiffre d’affaires (CA) compris entre 1 et 5 milliards de francs CFA. Ces dernières ne sont malheureusement pas des PME selon les critères de la Banque centrale, de l’UEMOA et de la CEDEAO, pour lesquelles une PME est une entreprise réalisant un CA égal ou inférieur à 1 milliard de francs CFA. Fin 2018, la Banque centrale a donc étendu le dispositif de refinancement à toutes les PME, mais on ne peut pas effacer plusieurs décennies...

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Au Maroc, le changement climatique accroît le stress hydrique. Le Groupe OCP, leader dans le domaine de la nutrition des plantes, s’engage à ne plus recourir aux ressources en eaux conventionnelles pour ses besoins industriels d’ici 2026.

Publié en juillet 2022

Le spécialiste des questions monétaires et directeur de l’Institut Rousseau, think tank classé à gauche, se montre pour le moins circonspect quant à la fiabilité du bitcoin et son intérêt pour les pays africains. Il nous explique pourquoi.

Publié en juillet 2022

La République centrafricaine est le deuxième État à avoir adopté la fameuse cryptomonnaie. Problème : son cours est en chute libre. Mais malgré les doutes, le président Faustin-Archange Touadéra affiche de grandes ambitions virtuelles.

Publié en juillet 2022