Aller au contenu principal
Djibouti

Nima Moussa

Chercheuse métallogéniale

Par - Publié en novembre 2019
Share

Titulaire depuis 2011 d’un doctorat en métallogénie (discipline qui permet la compréhension des gisements métallifères et leur mode de formation), obtenu à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, à Brest, avec une mention très honorable, Nima Moussa, 37 ans, est chercheuse au Centre d’études et de recherche de Djibouti (CERD). Elle y dirige le laboratoire de minéralogie, inauguré en février 2019 par le président IOG. L’objet de ses recherches porte sur la compréhension de la genèse de l’or, et ses travaux ont été exposés dans de nombreuses conférences scientifiques. Elle a en outre participé à une mission à bord du navire océanographique L’Atalante, à Wallis et Futuna, dans le Pacifique sud, pour l’exploration de cheminées hydrothermales dans les fonds marins. Auteure de plusieurs articles scientifiques, Nima Moussa travaille en collaboration avec de nombreux chercheurs de renommée internationale. « Grâce au nouveau laboratoire équipé d’outils de très haute précision, nous avons aujourd’hui la capacité de participer de manière significative à l’analyse géochimique des échantillons, et de traiter et interpréter des forages géothermiques [la géothermie étant une option stratégique pour la production d’énergie renouvelable à Djibouti, ndlr] du site de Fialé », indique-t-elle fièrement, convaincue que la recherche est un tremplin pour le développement socioéconomique. Ses publications sont une vitrine pour attirer les compagnies minières dotées des technologies nécessaires pour des explorations efficaces. « En tant que femme et scientifique, je suis actrice du développement de mon pays. Avec mes collègues chercheuses et chercheurs du CERD, nous produisons des articles de grande rigueur, et nous possédons au sein de notre équipe des scientifiques de qualité. » Smart Djibouti n’est décidément pas un slogan creux. 

Dans la même rubrique

Au cœur des politiques pour demain, la formation, la valorisation du capital humain et la création d’emplois. Il y a cinq ans, le président Ismaïl Omar Guelleh (IOG) avait élaboré une feuille de route déclinant sa stratégie de développement, Vision 2035, avec l’ambition de concrétiser son rêve de voir Djibouti devenir le Singapour de l’Afrique, un incontournable hub commercial et numérique. Pour mettre en oeuvre cette stratégie, il a opté pour la démarche quinquennale, la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (Scape). Elle prône des transformations structurelles susceptibles de tripler, en deux décennies, le revenu par habitant et de créer 200 000 emplois. Objectif : ramener le taux de chômage actuel de près de 50 % à moins de 10 % à l’horizon 2035.

Publié en novembre 2019

Docteur en biologie, natif de la capitale, il est titulaire de ce portefeuille ministériel depuis sa création, en 2011. Cette longue carrière politique n’a pas éteint la flamme du chercheur et de l’universitaire de formation. Pédagogie, organisation des filières, amélioration des contenus, adaptation au marché du travail… À 58 ans, ce passionné est pleinement engagé dans le grand projet éducatif national. AM : Pouvez-vous nous raconter l’histoire récente de l’université de Djibouti ? Nabil Mohamed Ahmed : Jusqu’à l’arrivée aux affaires, en 1999, du président Ismaïl Omar Guelleh,

Publié en novembre 2019

Le départ des Émiratis de DP World n’a pas ralenti le rythme des investissements dans les infrastructures portuaires et les zones franches. Les projets avancent et les performances du secteur se sont même sensiblement améliorées. À Djibouti, l’épisode de la rupture, en février 2018, de la concession accordée au groupe émirati DP World, avec ses rebondissements, le bras de fer judiciaire et l’emballement médiatique qui ont suivi, est déjà un vieux souvenir.

Publié en novembre 2019