Aller au contenu principal
Interview

Nnenna Okore
Pour un art écologique et social

Par Luisa Nannipieri - Publié en janvier 2023
Share
DR
DR

Avec sa volonté de sensibiliser et marquer profondément le public, cette artiste nigériane de renommée internationale met au cœur de sa pratique l’environnement et les relations humaines.

Professeure en arts plastiques à la North Park University, à Chicago, et ancienne élève à l’université du Nigeria, à Nsukka, du sculpteur ghanéen et figure de proue de l’art contemporain africain El Anatsui, Nnenna Okore est née en Australie, a grandi au Nigeria et vit aux États-Unis, où elle poursuit une carrière à succès. Ses pièces et ses installations complexes, éthérées et colorées sont le produit d’un travail intense sur la matière et les textures. Pensées pour marquer profondément les spectateurs, elles parlent du rapport entre la nature et les êtres humains, avec une perspective afrocentrée, profondément écologiste et socialement engagée. Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections internationales, notamment celles de la Banque mondiale, du Newark Museum, de la Fondation Blachère et de l’ambassade des États-Unis à Abuja. Afrique Magazine a pu la rencontrer lors de son passage à Paris à l’occasion de la foire d’art contemporain Also Known As Africa (AKAA), en octobre dernier. Représentée en Europe par l’October Gallery de Londres, elle a été invitée à réaliser une installation carte blanche sous les verrières du Carreau du Temple, aux côtés du maître malien Abdoulaye Konaté. L’occasion pour cette artiste solaire et déterminée de réaffirmer sa volonté de mettre au centre de sa pratique les questions environnementales et d’utiliser son art pour sensibiliser le public.

Abonnez-vous
pour accéder à l'intégralité de l'article

Dans la même rubrique

Trente ans après son prix Goncourt pour Texaco, cet écrivain majeur de la Caraïbe, principalement connu pour son travail sur la langue créole, interroge la question de la transmission dans le monde contemporain.

Publié en janvier 2023

Son premier long-métrage de fiction confirme sa maturité de cinéaste. Avec Sous les figues, qui représentera la Tunisie aux Oscars, elle raconte les rêves et les désillusions d’une jeunesse rurale.

Publié en janvier 2023

C’est sans doute grâce à la fascination de sa mère pour l’écriture qu’il est devenu homme de lettres. Avec son roman autobiographique, l’auteur camerounais rend un vibrant hommage à celle dont le regard protecteur l’accompagne encore.

Publié en janvier 2023