Aller au contenu principal

Souleymane Bachir Diagne

Philosophe

Par - Publié en juin 2020
Share

En ces temps hors normes, AM prend de vos nouvelles en 4 questions et une photo de votre choix.

Souleymane Bachir Diagne
Philosophe
 

Comment ça se passe pour vous à New York ?

Depuis le 8 juin dernier, les commerces, les cafés et les restaurants sont à nouveau ouverts et doivent observer des mesures de distanciation sociale. La contrainte immédiate, c'est la circulation très dense car les gens évitent les transports en commun, on passe d'une ville fantôme aux embouteillages. La mise à l'arrêt a été basée sur le volontariat, je l'ai suivie avec rigueur depuis mon retour de Dakar en mars, où je comptais rester plus longtemps étant en année sabbatique. Les New-Yorkais ont respecté les mesures de confinement avec discipline : on est passé de 800 cas par jour à 250. L'assassinat de Georges Floyd a profondément marqué cette période, deux nuits de couvre-feu ont suivi, les autorités nous ont informés sur nos portables en lançant l'alerte à 23 heures. L'inculpation des quatre policiers a calmé les émeutes et marqué la fin des manifestations. Grâce à la vidéo d'une jeune fille de 17 ans, l'indignation a fait le tour le monde : c'est un message d'espoir, les mouvements de protestation rassemblaient des Noirs et des Blancs, largement majoritaires. Les forces de l'ordre n'ont pas fait bloc, il reste à espérer qu'elles prennent conscience de leur devoir à servir et protéger les citoyens aux États-Unis comme en France. Car la culture du racisme structurel s'y est développée, considérant qu'il avait des citoyens de seconde zone.

Qu'est-ce que vous faites aujourd'hui que vous n'aviez pas le temps de faire avant ?

J'en ai profité pour avancer sur mes travaux de recherche, l'écriture d'articles pour lesquels je suis souvent en retard. Le temps du confinement est anxiogène car il s'associe à l'anxiété et au danger permanent alors que le temps de la réflexion philosophique est joyeux, aussi, je n'ai pas pu optimiser ce moment au maximum. Mais il a été propice à la méditation puisque c'était le ramadan qui favorise l'introspection, j'ai eu le sentiment de vivre une spiritualité plus intense par le fait d'être dans un retrait forcé.

Un conseil pour les lecteurs ?

Nous devons être sensibles à l'exigence de justice sociale qui nous est clairement apparue durant cette pandémie et en tirer des leçons : nous sommes un seul village, un seul pays. Le virus a révélé son absence de frontières. Nous devons apprendre à penser de façon commune et solidaire. Les inégalités sociales se sont accrues, ce sont les plus pauvres, les personnes de couleur, fragilisés et précaires qui ont été les plus touchées. Fort heureusement, en Afrique l'hécatombe annoncée ne s'est pas produite mais il faut renforcer le secteur de la santé, l'humain est la finalité du développement économique. Les inégalités et la division avec l'assassinat de George Floyd ont marqué cette période et nous devons les corriger.

Un message à faire passer ?

Ne pas oublier les leçons, ce que nous vivons lorsque nous serons dans l'après Covid-19. Nous ne comprendrons cela qu'après l'avoir vécu. Le plus important à retenir est la fraternité au sein de la société pour l'avenir. Porter un masque c'est protéger autrui de soi-même.

Dans la même rubrique

Comment ça se passe pour vous à Lomé ? Le couvre feu a enfin été levé le 9 juin. Même s’il n’y avait pas de confinement obligatoire en vigueur au Togo, je me suis « auto-confinée » comme la plupart de mes connaissances. J’ai dû stopper la sortie de mon nouvel album, Identité, et tous mes concerts ont été repoussés. J’espère que l’on va enfin voir le bout du tunnel…J’ai appris à me recentrer sur l’essentiel : l’écriture, la musique. C’est tout. Et je me suis mise à nager tous les jours dans ma piscine. Une première. En bonne africaine, l’eau et la natation n’avaient jamais été des options pour moi !

Publié en juin 2020

Comment ça se passe pour vous aux Pays-Bas ? Je m'inscris toujours dans l'action. En mars dernier, je préparais plusieurs défilés à Paris, à Amsterdam et au Nigeria, et je lançais de nouvelles collaborations avec un musée. Mais tout a été annulé. Après un temps de réflexion, j'ai décidé de proposer des projets afin de rapprocher les gens et de continuer à être créatif. J'ai commencé un projet de « distanciation sociale » fait de centaines de visages dessinés sur un tissu, que j’ai envoyé à des participants du monde entier pour qu’ils le brodent chez eux. Une fois fini, ils me l'ont renvoyé et nous l'avons assemblé afin d'en faire une œuvre d'art monumentale. C'est un symbole d'unité, je voulais que les gens soient à l'aise en participant à cette œuvre car pour moi, la créativité a toujours été salvatrice.

Publié en juin 2020

Comment ça se passe pour vous à Libreville ? Après avoir subi un confinement obligatoire, nous sommes dorénavant plus ou moins libres. Mais sans avoir le droit de sortir de son quartier. On doit donc demeurer vigilant. Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui que vous n’aviez pas le temps de faire avant ? Je visionne beaucoup de films et je lis pas mal de scénarios qui étaient en stand by. J’ai aussi repris l’écriture et la lecture. Et tous les soirs, je fais un concours de danse avec ma fille !

Publié en mai 2020