novembre 2018

Fake world

Par Emmanuelle Pontié
Partage
C’est le dernier mot à la mode. « C’est un fake ! » entend-on partout, tout le temps. La Toile est devenue en quelques années une machine à produire de fausses nouvelles, des infos volontairement erronées, fabriquées, nuisibles. Et en la matière, le continent africain est en passe de devenir champion toutes catégories de la manipulation, souvent grossière et bricolée à la va-vite. Les photomontages d’abord, où l’on juxtapose maladroitement des images pour faire croire que telle personnalité a fait ceci ou cela, ou se trouvait à tel endroit à une date bidon, manipulent l’opinion de plus en plus crédule, connectée, avide de scoops croustillants. Les intox ensuite tourneboulent les esprits, influencent dans tel ou tel sens, au profit bien sûr et toujours d’un lobby quelconque. Les opposants comme les pouvoirs en place s’y adonnent joyeusement.
Les blogueurs en rajoutent, relayent, postent, et tout le monde partage, transformant un fake en une info virale en quelques minutes. Et les médias peu scrupuleux, pauvres, sans envie ou sans moyen de vérifier ladite info, la balancent à l’antenne ou sur leur site comme si elle était vraie. La rendant encore un peu plus crédible pendant un moment. Avant qu’un démenti formel n’intervienne finalement, avec la preuve que tout cela n’était qu’une grosse rumeur. Mais bien sûr, le mal est fait, la confusion s’est emparée des esprits. On se demande à chaque fois qui croire, qui ment, pourquoi, etc. Et à l’inverse, quand une info est vraie, celui que ça dérange peut crier au fake. Après tout, dans le doute, et dans un monde peuplé d’infos vérolées qui circulent, chacun en profite. Et ainsi de suite.
Alors aujourd’hui, tout le monde déplore le phénomène « fake », mais personne n’a les moyens de l’enrayer. Ou peut-être pas, en fait. Car seuls les médias dignes de ce nom, en faisant leur boulot avec professionnalisme, en vérifiant les sources et les informations avant de les divulguer, en refusant de se faire manipuler, peuvent redresser la barre. Et rappeler à tout le monde qu’il existe de véritables infos, données par des sources sérieuses. S’obliger à ne relayer que la vérité ou se taire est le seul moyen de décrédibiliser la kyrielle de petits malins qui pensent tirer leur épingle du jeu en installant une totale confusion dans le monde des médias, de la Toile, et surtout dans les esprits. 
Partage
À lire aussi dans LES IDÉES
LES IDÉES Edito Émergence ?
LES IDÉES Vacances à l'Africaine
LES IDÉES À étudier
LES IDÉES Parlons d'AM

Suivez-nous