septembre 2018

Investissements : les Américains arrivent !

Par DOUNIA BEN MOHAMED
Partage
Les États-Unis s’intéressent de près à la Côte d’Ivoire. Une mission « historique » était organisée par le Secrétariat d’État américain au Commerce International, à Abidjan, en juin dernier. Elle s’est conclue par des engagements stratégiques.Les États-Unis s’intéressent de près à la Côte d’Ivoire. Une mission « historique » était organisée par le Secrétariat d’État américain au Commerce International, à Abidjan, en juin dernier. Elle s’est conclue par des engagements stratégiques.
 
Au regard du nombre et de sa composition, la visite de la délégation américaine, dirigée par le soussecrétaire d’État américain au Commerce International, Gilbert Kaplan, fin juin, en Côte d’Ivoire, s’avère historique. Une mission dévouée à l’« analyse » des opportunités d’investissements pour les entreprises américaines. « Notre présence à Abidjan a pour but de renforcer les relations économiques, commerciales ainsi que notre amitié avec la Côte d’Ivoire », a indiqué le sous-secrétaire américain. L’administration Trump a choisi pour s’adresser à la zone francophone la Côte d’Ivoire pour son taux de croissance, certes, mais aussi parce que le pays demeure la porte d’entrée et le hub de la région ouest-africaine.
 
Plus d’un milliard de dollars
Les agences gouvernementales et le secteur privé américains entendent mobiliser près de 5,4 milliards de dollars, soit environ 4,6 milliards d’euros, pour accroître leur présence dans quatre pays africains : la Côte d’Ivoire, le Kenya, l’Éthiopie et le Ghana. Par ailleurs, la Fondation américaine pour le développement en Afrique (USDAF) a signé, en juillet dernier, un protocole d’accord avec l’entreprise Bechtel Corporation pour promouvoir le développement des entreprises africaines. Et, après 16 ans d’absence, l’Agence américaine pour le commerce et le développement (USTDA) revient en terre d’Éburnie avec trois projets dans le secteur de l’énergie : une subvention de près d’un million de dollars en faveur de la Société des énergies nouvelles (SODEN) pour la mise en oeuvre d’une centrale biomasse à Divo ; l’investissement dans le projet « Smart Grid CI-Énergies » qui met en place des réseaux d’électricité intelligents ; et le financement de l’étude de faisabilité de Kokumbo Energy, un projet hydroélectrique dans le département de Gagnoa.
Alors que les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis ont connu une hausse de 55 % entre 2012 et 2017, ils représentent aujourd’hui 1,8 milliard de dollars. Les États-Unis, deuxième partenaire de la Côte d’Ivoire après la France, visent la barre de 3 milliards de dollars d’échanges commerciaux d’ici 2025. De son côté, la Côte d’Ivoire ambitionne de doubler ses exportations en direction des États-Unis à l’horizon 2025. « Nous sommes conscients des nombreux défis à relever pour se positionner sur le marché américain » admet Haïdara Mamadou, ambassadeur de la Côte d’Ivoire aux États-Unis. Pour lui, l’AGOA, la loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique, représente une chance pour les PME ivoiriennes. La présence des Américains devrait encourager la compétition entre les investisseurs, dont Français et Marocains. Sans oublier les Chinois, les Mauriciens, les Libanais… La Côte d’Ivoire, un pays convoité.
Partage
À lire aussi dans DECOUVERTE
Côte d'Ivoire : objectif émergence ! Résilience, croissance, et ambitions
Côte d'Ivoire : objectif émergence ! La transformation est en marche
Côte d'Ivoire : objectif émergence ! Une terre d’innovation et d’entrepreunariat
Côte d'Ivoire : objectif émergence ! L’Observatoire de la solidarité, outil de cohésion sociale

Suivez-nous